bulge pochep la bibliophage

Bulge, Pochep

Le Magazine du paquet est de retour

Le Magazine du paquet

Bulge c’est à la fois un mini-magazine (3 titres prévus), c’est aussi un recueil de la quintessence de la bande dessinée actuelle avec ses contributions incroyables, mais c’est surtout le projet de l’immense Philippe Pochep dans la réalisation d’une parodie de magazine homo-érotique.

Aux origines

Bulge en anglais désigne le renflement, le bombement…en image Pochep: c’est le paquet, ce qui se laisse dessiner des attributs de l’homme, le paquet que l’on ne voit pas nécessairement mais que l’on devine, que l’on fantasme.

En 2020, Philippe Pochep décide de créer sa version moderne et parodique des magazines vintages de l’art homoérotique.

Qui est Pochep ?

Aucune description de photo disponible.
Pochep par Pochep

Voici comment j’imaginais Philippe Pochep avant de le rencontrer, c’est souvent comme celà qu’il se dépeint dans ses oeuvres, bon ok pas toujours en schtroumpf plus souvent en vieux gars.

J’ai découvert le jeune homme en 2011 avec son album Traboule chez Warum (cf. l’article sur Wandrille), sa contribution aux Autres Gens (cf. Wandrille encore) puis dans l’Alimentation Générale de Vide Cocagne (Cf. Fabien Grolleau).

Très tôt, j’ai été comme attirée, aspirée par ce graphisme aux couleurs chatoyantes, ses personnages souvent burlesques mais habités et son humour toujours pertinent… Et puis, comme avec beaucoup d’auteurs et d’autrices, j’ai stalké je me suis intéressée au personnage, regardé, lu, ce qu’il disait, ce sur quoi il s’engageait. Et voilà, je suis tombée en admiration, en pâmoison complète. Un vrai crush intellectuel.

Plus tard, j’ai réalisé qu’il était partout autour de moi: dans Fluide Glacial, la géniale revue Topo, dans Axolot, Tu mourras moins bête mais tu mourras quand même (d’une autre de mes idoles Marion Fuc***g Montaigne) et même sur un stand de dédicace où je travaillais (peut-être me stalkait-il à son tour ???)…

Restant sur le fait, établit à présent, que l’homme est tout à la fois brillant mais discret, drôle et pratiquant l’auto-dérision, modeste et en plus il sait s’entourer (mais on y reviendra), j’ai décidé en accord avec moi-même que tout le monde devait connaitre son travail. L’album Dress Code est sorti en 2017 et j’ai pu alors expérimenter la transmission de cette passion naissante.

Je ne vous cacherai pas que tout le monde n’est pas sensible à l’humour au graphisme pochepien, mais dans leur plus grande majorité les client.e.s à qui je mettais l’ouvrage entre les mains en redemandait encore. Pour celles et ceux-là il me fallait donc parler de Bulge.

Passion Jogging

Si vous arrivez à lire les noms sur cette couverture vous verrez que le volume 1 de Bulge faisait déjà la part belle au monde de la bayday. Parmi les hérauts/héros on reconnaitra Thomas Cadène (Les Autres Gens, Alt-Life), Sophian Cholet (Zombies), Florence Dupré la Tour (Pucelle), Libon (toute son oeuvre), Marion F###ng Montaigne (Tu mourras moins bête), Obion (Star Fixion avec l’immense Jorge Bernstein), Arthur de Pins (Zombillénium), Rica (Minus), Tebo (Captain Biceps, Raowl), Terreur Graphique ( un autre gros crush dont je vous parlerai tout vite), Stephan Trapier, Pixel Vengeur, Bastien Vivès… bref la tour de babel de la bande dessinée qui se met à dessiner 50 pages de corps masculins, sexys mais jamais nus, drôles et touchants, avec des graphismes singuliers mais formant un tout cohérent et fusionnant parfaitement avec ma rétine.

L’ouvrage est sorti en mars 2020 en auto-édition en très petite quantité, il est épuisé à présent et est déjà collector. L’objet est de très bonne facture pour une somme modique.

Le volume 2 est sorti cette semaine et dès que j’ai eu vent de sa mise en vente, je me suis ruée sur le panneau de commande (et ma CB). 2 jours plus tard, l’affaire était dans le sac, mon magazine entre les mains, je découvrais enfin le paquet de paquets numéro 2. Cette fois-ci au programme, toute la team Lastman (Balak, Sanlaville, Vivès), Hervé Bourhis (un autre chouchou), Matt Dunhill, Fabrice Erre, Joseph Falzon, Lucas Harari (sisi celui de l’Aimant), REMarion Fu###ng Montaigne, Lionel Serre… un casting que les plus grandes maisons d’éditions lui envieraient.

Conquise, mais presque plus objective (oui je sais…vous tombez de haut), je laisse l’ouvrage au pied de mon lit pour en faire la chronique les jours prochains, pour me rendre compte le soir même que mon compagnon pourtant septique à la vue de ces paquets, me dit qu’il a adoré et qu’il fait partie de la grande famille des Pochepiens à présent.

Alors la conclusion de tout ceci, c’est que vous réticents ou déjà convaincus que vous soyez gays hétéros, pansexuels, asexuels, sapiosexuels, si vous êtes juste un tant soit peu esthètes, vous risquez fort de devenir pochepophiles et c’est tout ce qu’on peut vous souhaitez.

Pour découvrir Bulge : www.pochep.fr

Pour les autres oeuvres c’est chez votre libraire indé comme d’habitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.