Mes génies Wandrille

Mais pourquoi est-il aussi méchant ?

Ma synthèse en vidéo

L’auteur

Ah Wandrille… Si vous avez vu la vidéo ci-dessus vous aurez compris que le personnage n’est pas lisse…il est rugueux. Et je vais vous dire, c’est en grande partie ce qui a fait que je me suis intéressée à son travail au tout départ (il y a 15 ans).

Mais le résumer à cela serait injuste. Car l’homme a de multiples talents, il est scénariste, dessinateur, éditeur et comme nous allons le voir plus loin: formateur dans une école de bande-dessinée.

Son travail d’éditeur

Wandrille c’est l’homme qui, avec son comparse Benoît Preteseille, a fait éditer des petites perles telles que celles-ci chez Warum:

Et celles-ci chez Vraoum:

Certains noms, titres reviendront régulièrement sur ce site parce que je les pense incontournables et c’est en grande partie grâce à des éditeurs de la trempe de Wandrille que j’ai pu les avoir entre les mains et remettre en question ce que je croyais savoir des contours de la bande-dessinée. Ils sont notamment dans les premiers à prendre en considération les publications web des auteurs.trices.

Le scénariste

Mais revenons à l’auteur, parmi ces faits d’arme, il y a la prolifique série “La psychanalyse des héros” où il met sur le divan Casimir, Lara Croft, Crumb, Alan Moore ou Batman et qui est alors illustrée par la quintessence de la BD d’humour contemporaine (Marion Montaigne, Thibault Soulcié, Guillaume Bouzard, Marc Dubuisson, Davy Mourier, Boris Mirroir, James, Allan Barte, Pochep…).

Cela étant il me semble que c’est avec la série “Les Autres gens” que “le grand public” (je déteste cette expression mais nous y reviendrons) découvre mieux son talent de scénariste. Il faut dire que l’œuvre polymorphe qu’ils ont conçu avec Thomas Cadène, est, à l’époque une petite révolution éditoriale.

Publiée originellement sur le web pendant près de 2 ans, cette “bédénovela” se réapproprie les codes du feuilleton papier et le transpose à l’ère numérique. Chaque épisode est pris en charge par un.e illustrateur.rice différent.e. et l’œuvre dans son ensemble donne à lire un tout moderne et vivifiant. Les éditions Dupuis prendront en charge la version papier qui, dans mes souvenirs de libraire, était un gros carton (mérité).

Si vous n’en avez jamais entendu parlé, il faut que vous cliquiez sur ce lien:

En 2014, Wandrille scénarise la BD Premières Vendanges avec Anne-Lise Nalin à l’illustration pour les Éditions Delcourt.

Et donc la BD “Mes génies” ?

Nous y voilà, “Mes génies” raconte donc l’histoire de cet auteur un peu braque, un peu buté, un peu méprisant aussi, qui se retrouve au poste de professeur en “expression libre mais sous son contrôle” dans une école de bande-dessinée.

Oui oui c’est bien de Wandrille, lui-même, dont il s’agit.

“Mes génies” est, pour moi, une meta-BD. Parce que non seulement Wandrille nous partage ici son quotidien auprès de 3 promotions d’élèves plus paumés les un.e.s que les autres. On y voit alors le décalage entre les auteurs tels que Wandrille et ceux qui arrivent, où tente d’arriver, sur le secteur éditorial: les références ne sont tout simplement pas les mêmes et cela désole notre héro. Ceci est la surface de cette bande dessinée et qui en fait le ressort comique.

Mais également, subtilement, on accède à un teaser du contenu de ses cours sur le medium de la bande-dessinée. Rien de prétentieux ici, bien au contraire: si, par exemple, vous ne comprenez pas l’intérêt du hors-champ, quelques planches avec des exemples extrêmement drôles vous sont livrés.

Pareil pour la colo, dessiner les bulles avant ou après (spoiler: APRÈS bien sûr)…

Et le graphisme alors ?

C’est ici que je suis bien limitée (comme vous l’aurez constaté de vous-même dans la vidéo)… pas que je n’aime pas, bien au contraire ! Juste que mon vocabulaire actuel ne me parait pas suffisant pour vous expliquer en quoi je le trouve fort approprié, que le fait qu’il n’y ait pas de cases formelles appui d’autant plus le propos, que le trait qui à l’air si simple est en fait superbement maitrisé…

La maison d’édition

Cet ouvrage est publié à la très qualitative maison des Éditions de la Cafetière dont je ne vous dis pas grand chose pour le moment puisque j’aimerai prendre le temps d’en faire un article. Ce que vous avez juste à savoir c’est qu’ils ont publié, entre autres, les géniaux FabCaro, Mezzo et Baladi.

Pour le reste je vous laisse vous faire votre avis sur le fond autant que sur la forme et si un jour quelqu’un croise Wandrille dites-lui de ma part que l’expression “odieux génie” a été créé pour lui.

Les commentaires sont ouverts, n’hésitez pas à vous en servir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.